L’intérêt public et les réseaux socionumériques

Le dimanche matin, je me consacre régulièrement à la revue des nouvelles qui se rapportent à mon domaine de recherche: utilisations des réseaux sociaux, politiques de communication, nouvelles pratiques de communication numérique dans les organisations, etc. Aujourd’hui, j’ai retrouvé avec plaisir une note sur la décision prise par la deuxième chambre de la Cour suprême de justice de la nation mexicaine concernant les réseaux sociaux numériques: le procureur général de Veracruz a été condamné à débloquer le compte d’un journaliste du réseau social Twitter (LINARES, 2019).

Ce fait m’a rappelé le texte des chercheurs Guillaume Latzko-Toth et Madeleine Pastinelli sur le caractère dichotomique (public-privé) des actes de communication à l’ère numérique et sur l’utilisation que les chercheurs donnent à ces données. Dans ce document, il est souligné que la ligne qui sépare le privé du domaine public est de plus en plus diffuse, en particulier lorsque les manifestations discursives se font sur des sites de réseaux sociaux et que les auteurs affirment que « la justice française a conclu en avril 2013 que la publication d’un statut sur une page Facebook était d’ordre privé, l’autorité américaine des marchés financiers a considéré au même moment qu’il s’agissait au contraire d’une forme de communication publique » (LATZKO-TOTH & PASTINELLI, 2014, 153).

La différence entre ces trois affaires réside dans l’interprétation faite par le juge de l’intérêt public, c’est-à-dire de la manière dont l’information qui circule dans les discours diffusés sur les sites numériques profite / affecte le bien commun. Dans le cas mexicain, je pense que cette décision crée un précédent important, non seulement pour les journalistes, qui sont toujours vigilants à l’égard des informations publiées dans les profils des organisations publiques et des serveurs de l’État; alerte également les conseillers en relations publiques de leurs responsabilités dans la gestion des réseaux sociaux, en particulier en ce qui concerne la gestion des profils politiques, qui diffusent souvent des informations, des photographies ou des vidéos qui exaltent la personnalité et non l’activité publique. Et au-delà du contenu, cela nous amène à nous demander: les ressources publiques sont-elles utilisées pour soutenir une promotion personnalisée? Sans aucun doute, c’est une question qu’il serait intéressant de construire à partir de chiffres réels. Comment Dagenais (2013, 14) a exprimé « le soutien des relations publiques constituant un réel soutien à la démocratie, à ce qu’ils se soient opposés à la coalition dominante et aux médias ».

FYI : le procureur général de Veracruz a débloqué le journaliste (@Migue_Mandy) n’a pas fait la même chose avec le média @LaSillaRota (qui est le lieu de travail de ce journaliste, goo.gl/VZH3Cj).

DAGENAIS, B. (2013). Les relations publiques, véritable instrument de démocratie. Communication, 23(Vol. 23/1), 19‑40. https://doi.org/10.4000/communication.4009

LATZKO-TOTH, G., & PASTINELLI, M. (2014). Par-delà la dichotomie public/privé : la mise en visibilité des pratiques numériques et ses enjeux éthiques. Tic & société, 7(Vol. 7, N° 2). https://doi.org/10.4000/ticetsociete.1591

LINARES, J. R. (2019). Servidores públicos no pueden bloquear a usuarios de redes sociales: SCJN – Proceso. Proceso. Consulté à l’adresse https://www.proceso.com.mx/576115/servidores-publicos-no-pueden-bloquear-a-usuarios-de-redes-sociales-scjn?fbclid=IwAR2YcKOyrFBMyVCJin9Vq-ON7_XVM2c6Fhc8bUfe96NGU3CcccfNUKO_z9w

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.